It is currently Fri Dec 14, 2018 3:57 am
Change font size
Vortex LARP Le forum du GN Vortex

Saynètes

Saynète I

De petites histoires pour vous donner la saveur du Monde de Jeu.

Saynète I

Postby Geist » Wed Dec 05, 2012 11:07 pm

Gereau, province de Lénore, 1836 v.t.

Usine de montres von Kalstaen, grand bâtiment de pierre style fin-renaissance, protégeant un vaste hall de production propre et bien éclairé.


Shayne reposa sur la table le mécanisme de montre auquel il venait de rajouter un engrenage, et le fit glisser vers son voisin. C’était le centième de la journée, et juste un des milliers qu’il avait posé depuis son arrivée dans cette usine, quelques semaines auparavant.
Cette nouvelle mode du travail en chaîne, au moins, n’avait pas rendu son travail plus difficile, simplement plus abrutissant. En rentrant, le soir, ses pensées était troubles, son esprit vide, mais au moins une bonne nuit de sommeil arrangeait - généralement - les choses.
Au début, il avait eu du mal, malgré son habilité naturelle, à suivre le rythme élevé de travail, et avait même endomagé quelques pièces, mais il avait su s’adapter.
Autour de lui les autres ouvriers avaient le regard hagard, mais le geste sur. Ces derniers jours, cependant, à cause des augmentations régulières des quotas, les erreurs s’étaient multipliées, et quelques uns étaient même tombés d’épuisement. Parmi ces derniers, certains n’étaient pas revenu à leur poste le lendemain.
Au moins, le contremaître était quelqu’un de bien. Pris au piège comme les ouvriers par les demandes de productivité venant d’en haut, il essayait cependant d’en limiter les effets, n’hésitant pas à mettre lui-même la main à la pâte pour permettre à un de ses hommes de se reposer une ou deux minutes. Au vu de son regard fatigué, cependant, il était clair que cela ne pourrait plus durer très longtemps.
Tout à coup, la sirène d’arrêt de production retentit, et tous les ouvriers relevèrent la tête de leur table.
La grande porte à l’entrée du hall de production s’ouvrit, laissant passer un homme de relativement faible stature, mais habillé de vêtements dernier cri, chemise en soie à jabot, manteau de velours richement décoré, pantalon ample et petits souliers à boucles dorées. Sa perruque poudrée et sa moustache le placaient de facto comme noble-né, selon les conventions de la région. A ses côtés se tenaient trois des plus large spécimens d’humanoïdes que Shayne avait jamais vu, sabre au côté. Sans doute ses gardes du corps.
Shayne ne l’avait jamais vu mais il n’eut pourtant aucune difficulté à le reconnaître. Cet homme devait être le Marquis von Kalstaen, le propriétaire de l’usine.
Le Marquis remonta long des lignes de production, et,un par un, les ouvriers se courbèrent devant lui au moment de son passage. A son tour, Shayne fit de même.
Le Marquis s’arrêta un instant devant un des ouvriers travaillant en amont de Shayne, un jeune homme d’une vingtaine d’années maximum. Il le dévisagea un instant puis fit signe à ses gardes et ceux-ci intimèrent l’ordre au jeune homme de les suivre. Toisé par les molosses, celui-ci ne résista guère.
Le rituel prit ainsi fin, et le groupe du Marquis se rendit, accompagné du contremaître, dans le bureau de ce dernier. la sirène retentit à nouveau et le travail reprit.
Malgré le bruit ambiant, Shayne entendit les suppliques du contremaitre, demandant avec insistance que les cadences de production fussent réduites. Quand celui-ci sortit, l’air furieux, un garde sur ses pas, qui se placa devant la porte, il fut facile de comprendre que ses requètes étaient tombées dans l’oreille d’un sourd.
Shayne décida alors qu’il était temps d’agir. Sous le regard étonné de ses voisins, il se leva de son poste et se dirigea droit vers la porte du bureau.
Le regard du contremâitre passa de furieux à interloqué quand il passa à sa hauteur.
La main du garde se leva dans sa direction pour l’empècher d’approcher de la porte. Shayne intercepta le mouvement, et lui tordit le bras tandis que son autre main frappait à plat sur l’oreille opposée du garde. Immédiatement, celui-ci perdit l’équilibre. Une manchette au niveau de la nuque suffit à le mettre hors de combat.
Ouvrant la porte, Shayne tomba sur un spectacle qu’il n’avait qu’à moitié attendu: Les deux gardes tenaient le jeune ouvrier couché sur une table, bailloné, les braies abaissées, les yeux plein de larmes. Derrière lui, le Marquis se redressait, remontant son propre pantalon.
Le garde le plus proche se rua sur lui, dégainant son sabre. Shayne se plaça hors de la trajectoire de la lame et profita du fait que le garde était entraîné par son propre poids pour lui faire un croche-pied et le laisser s’affaler, puis lui décocha un solide coup de talon dans ses parties sensibles actuellement accessibles, tout cela sans même se retourner. Le garde gémit, puis se recroquevilla sur lui-même.
Du coin de l’oeil, il vit le Marquis et le dernier garde se raidir, comme pour l’attaquer à leur tour, il était temps de faire preuve d’autorité.
Stop ! Au nom de Xéadan le Divin, maître de l’Empire, et de par mon autorité en tant qu’Inquisiteur Impérial du Premier Rang, je vous place en état d’arrestation. Lachez immédiatement vos armes !
Sa voix, chargée d’une d’autorité divine, tonna et résonna quelques secondes dans la petite pièce qu’était le bureau. Au même moment, le symbole de son autorité, un Phénix flamboyant placé devant un I majestueux, apparut, lumineux, sur son front.
La Marquis tomba sur son séant, le costume pas encore totalement remis en place.
Le garde, lui, hésita un moment, puis tira de sous sa veste un pistolet à rouet, d’un modèle basique, probablement de contrebande, et le pointa vers la tête du jeune ouvrier, toujours effondré sur sa table. Sans doute pour tenter de le prendre en otage.
Shayne prononca à voix basse une courte prière et, une fraction de seconde plus tard, une colonne de feu s’abbatit sur le garde, le carbonisant et ne laissant derrière elle que des os noircis et fumants qui s’effondrèrent au sol.
Complicité d’assaut sexuel, détention d’une arme hautement illégale, tentative de coercion envers un représentant officiel du Culte de Xéadan. Verdict: Peine de Mort. Pour cause de légitime défense, la peine a été appliquée immédiatement. Loués soit Xéadan et sa Loi.
Derrière Shayne, un bruit se fit entendre.
Il a été idiot” reprit-il “Serait-il resté tranquille, il aurait survécu au moins jusqu’à son procès.
Le garde dans son dos, qui tentait de se relever, se laissa retomber au sol, et ne bougea plus.
Contremaître !” Cria Shayne.
Oui, votre Sainteté ?” répondit celui-ci depuis l’encadrement de la porte d’où il venait d’assister, horifié, à la scène.
En vertu des pouvoirs qui me sont conférés par Xéadan et ses représentants en ce monde, je vous nomme administrateur temporaire de cette usine en remplacement du Marquis von suis confiant dans le fait que l’Administratio vous confirmera dans cette position une fois mon rapport rentré”.
Merci, votre Sainteté” répondit le nouveau patron.
Ne me remerciez pas, je ne fais que servir la Loi et l’Empire. Trouvez un médecin pour ce malheureux ouvrier et placez les gardes survivants en détention le temps que les Arbites arrivent. Je m’occupe personellement du Marquis”.
Sans laisser le temps à son interlocuteur de répondre, Shayne avanca et attrapa le Marquis par dessous le bras, le releva, puis le poussa hors du bureau.
Alors qu’il repassaient entre les lignes de production, le Marquis retrouva soudain la parole.
Mais, vous ne pouvez pas faire ca, je suis le Marquis von Kalstaen, je suis un noble, ma lignée remonte droit à la famille de l’Empereur. Je suis puissant, je connais du monde, vous ne vous en sortirez pas comma ca ! C’est mon usine, c’est mes ouvriers, mes jouets, vous n’avez pas le droit !
Sans même se tourner vers lui, Shayne lui répondit, d’une voix forte que tous dans l’usine put entendre:
Qui vous êtes, je n’en ai cure, la Loi Impériale est la la même pour Tous, loué en soit Xéadan.
Quand il sortit de l’usine, les cris de “Loué soit Xéadan”, poussés par des ouvriers soulagés, résonnaient encore derrière lui.

Le surlendemain, quelques heure après leur procès, les têtes du Marquis et de ses deux gardes survivants furent tranchées net, sans douleur. Justice était rendue, Shayne, lui, était déja en route vers sa prochaine mission.
Geist
Site Admin
 
Posts: 104
Joined: Thu Aug 23, 2012 10:44 am

Return to Saynètes

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest

cron

Search

User Menu